Skip to content Skip to sidebar Passer au pied de page

La goutte peut-elle être guérie complètement ?

Oui, la goutte est une maladie curable. La goutte peut être guérie si elle est traitée correctement. En fait, c'est la seule maladie rhumatologique qui peut être guérie. La clé du succès est d'accepter un traitement à long terme, sans se décourager.

Ce traitement à long terme associe un traitement médicamenteux qui abaisse le taux sanguin d'acide urique, appelé médicament hypouricémiant, et des mesures simples visant à réduire les facteurs de risque et les erreurs alimentaires.

Il est nécessaire d'atteindre un niveau adéquat d'acide urique dans le sang pour dissoudre progressivement les cristaux, faire disparaître les symptômes et éviter à long terme des dommages irréparables aux articulations.

La prévention et le traitement de la douleur sont bons pour les patients, mais ils ne traitent pas le trouble à l'origine de la goutte.

Pour guérir définitivement de la goutte, il faudra dissoudre ces accumulations cristallines avec les médicaments appropriés, et cela ne se fait pas en quelques jours ou semaines, mais grâce à un traitement bien mené pendant des mois et des années, en fonction de chaque patient. Le dépôt de cristaux d'acide urique ne sera résolu qu'avec une médication constante, supervisée par un médecin, et avec des habitudes de vie saines.

Le traitement hypouricémiant est un traitement médicamenteux qui normalise l'uricémie en diminuant la quantité d'acide urique. Il favorise la dissolution et la prévention de la formation de microcristaux dans les articulations ou les reins. Ce traitement doit être poursuivi aussi longtemps que possible, et il doit être associé à des corrections diététiques. Vous devez le commencer en cas de crises de goutte récurrentes, en cas d'arthrite goutteuse ou de tophus ou en cas de colique néphrétique.

Pour réduire l'acide urique dans le sang, on peut soit diminuer sa production, soit augmenter son élimination. Il existe des médicaments qui peuvent bloquer la production d'acide urinaire et des médicaments qui favorisent l'élimination des acides uriques par les reins.

Cette thérapie hypouricémique vise à faire baisser le taux d'uricémie en atteignant un niveau inférieur à 60 mg/l (360 Umol/l), voire inférieur à 50 mg/l pour les gouttes avec tophus (300 Umol/l). Ce nombre est utilisé comme ligne directrice pour augmenter les doses quotidiennes de médicaments. Il représente également une valeur cible.

La baisse rapide de l'acide urique peut paradoxalement provoquer des crises de goutte au début du traitement de fond. En effet, elle provoque la libération de microcristaux au niveau du tophus articulaire. Ces attaques sont normales et courantes. Ces crises sont normales et constituent un signe que le traitement fonctionne. Ces derniers ne doivent pas être utilisés pour arrêter le traitement hypouricémiant, car ils pourraient entraîner une rechute. Ces désagréments temporaires doivent être acceptés. Un traitement visant à prévenir les crises peut les réduire ou les éliminer.

Il est donc recommandé de prescrire un traitement anti-crise, et notamment la colchicine, dans les six premiers mois du traitement hypouricémiant. Ce dernier peut parfois être prolongé au-delà de la période de 6 mois, selon l'avis de votre médecin traitant ou de votre rhumatologue.

Ce billet était-il utile ?

Cliquez sur une étoile pour l'évaluer !

Note moyenne 4.6 / 5. Décompte des voix : 19

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à évaluer ce message.

Laissez un commentaire